ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Annales françaises de médecine d'urgence

2108-6524
Revue de la société française de médecine d'urgence
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 3/5 - 2013  - pp.293-297  - doi:10.1007/s13341-013-0345-7
TITRE
Les EEG demandés par un service d’urgences pédiatriques

TITLE
Relevance of electroencephalography at the pediatric emergency department

RÉSUMÉ

Confronter les motifs des demandes d’électroencéphalogramme (EEG) aux résultats afin de mieux connaître les apports et les limites de cet examen en pédiatrie d’urgence.

Étude rétrospective sur une période de 18 mois d’une série de 148 demandes d’EEG adressées par le service d’urgence d’un hôpital d’enfants. Ont été analysés les symptômes motivant la demande, les données de l’enregistrement et le compte rendu du neurophysiologiste. Ces données ont été confrontées à la décision de l’urgentiste (hospitalisation vs sortie) et au diagnostic final.

L’EEG était normal chez 111 enfants (75 %), anormal chez 37 (25 %). Des anomalies EEG étaient le plus souvent observées lors de troubles de la vigilance et du comportement (5/10 ; 50 %) et lors de convulsions et crises avec perte de conscience (39/61 ; 36 %). Lors des malaises du nouveau-né et du nourrisson, l’EEG était le plus souvent normal (23/24 ; 96 %). Lorsque l’EEG a été fait dans les premières 24 heures, le médecin urgentiste a décidé une hospitalisation pour 22/34 (65 %) patients avec EEG anormal et pour 17/74 (23 %) enfants avec EEG normal (p < 0,001). L’EEG a contribué au diagnostic d’une atteinte cérébrale pour 25 des 126 patients dont le diagnostic final est connu.

L’EEG fait en urgence ou programmé aussi tôt que possible contribue au diagnostic et à la prise en charge en pédiatrie d’urgence. Des anomalies EEG peuvent confirmer et caractériser une épilepsie ou une souffrance cérébrale. Un EEG normal est une aide à la décision de l’urgentiste de ne pas recourir à l’hospitalisation.



ABSTRACT

To better understand the role of electroencephalography (EEG) in patients admitted at a pediatric emergency department.

A retrospective study, over an 18 months period, of 148 children admitted at the emergency department and referred to our neurophysiology unit was conducted. Symptoms, EEG recordings and reports, emergency physician decisions, and final diagnoses were analyzed.

EEG was normal in 111 children (75%) and abnormal in 37 (25%). EEG abnormalities were frequently noted in patients with confusional or behavioral disorders (5/10; 50%) and in cases of seizures associated with loss of consciousness (39/61; 36%). In newborns and young infants with faints, EEG was typically normal (23/24; 96%). When EEG was performed within the first 24 hours following emergency admittance, hospitalization was decided for 22/34 (65%) children with abnormal EEG and 17/74 (23%) children with normal EEG (P < 0.001). EEG characterized brain disorders in 25/126 patients with known final diagnoses.

Our series stresses the relevance of EEG at the pediatric emergency department. EEG abnormalities help identify and characterize epilepsy or encephalopathy. A normal EEG recording help the emergency physician decide to discharge the child.



AUTEUR(S)
Francis RENAULT, R. FLORES-GUEVARA

Reçu le 24 avril 2013.    Accepté le 1 juillet 2013.

MOTS-CLÉS
EEG de l’enfant, Malaise du nourrisson, Crise convulsive, Perte de conscience

KEYWORDS
Child EEG, Faint, Seizure, Loss of consciousness

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (99 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier