ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Annales françaises de médecine d'urgence

2108-6524
Revue de la société française de médecine d'urgence
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 2/2 - 2012  - pp.97-107  - doi:10.1007/s13341-012-0185-x
TITRE
Mort subite chez le sportif

TITLE
Sudden death in athletes

RÉSUMÉ

La mort subite du sportif a un impact sociomédiatique majeur. L’épidémiologie de la mort subite du sportif est assez difficile à établir précisément en raison de sa survenue dans des populations et des circonstances très différentes. En France, il y aurait entre 500 et 1000 morts subites par an chez les sportifs, ce qui rend cet événement rare, avec une nette prédominance masculine et une augmentation avec l’âge. La mort subite du sportif a pour origine dans la très grande majorité des cas le déclenchement inopiné d’une fibrillation ventriculaire, le plus souvent liée à une pathologie cardiaque préalablement connue ou non, ou plus rarement secondaire à une myocardite ou à un traumatisme direct répondant alors au nom de « commotio cordis ». Alors que l’intérêt du dépistage systématique des principales anomalies cardiovasculaires a été démontré, les modalités du dépistage avant compétition sont encore extrêmement variables d’un pays à l’autre. La bonne conduite d’une réanimation cardiovasculaire, certes en progrès, reste encore à un niveau très insuffisant dans notre pays. La réalisation de campagnes d’éducation du public et la mise en place de défibrillateurs automatisés externes en libre accès constituent les mesures qui devraient a priori permettre d’améliorer significativement le pronostic de survie des patients victimes de ces accidents.



ABSTRACT

Sudden death in athletes has a major social media impact. The epidemiology of the sudden death in athletes is rather difficult to establish precisely because of its occurrence in very different populations and circumstances. In France, there would be 500 to 1000 sudden deaths per year in athletes, which make it considered as a rare event, with a high male prevalence and an increase with age. In most cases, it is related to the unexpected triggering of a ventricular fibrillation, either related to a pre-existing cardiac known or unknown pathology, or more rarely secondary to a myocarditis or a direct trauma (“commotio cordis”). Whereas the screening strategy has been identified successful in decreasing the cardiovascular mortality rate in competitive athletes, the preparticipation screening strategies remain variable from one country to another. The good practice of cardiopulmonary resuscitation, certainly in progress, still remains at an insufficient level in our country. The realization of campaigns for public education and the free public access to automated external defibrillators constitute the measures which should allow significant improvement in the survival prognostic of the patient’s victim of these unfortunate events.



AUTEUR(S)
M. JAFFRY, P. JABRE, Y. ICHAY, L. LAMHAUT, P. CARLI, Benoît VIVIEN

Reçu le 21 février 2011.    Accepté le 15 février 2012.

MOTS-CLÉS
Sport, Mort subite, Trouble du rythme, Dépistage, Réanimation cardiopulmonaire

KEYWORDS
Sport, Sudden death, Arrhythmia, Screening, Cardiopulmonary resuscitation

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (177 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier